ACTUALITE

Au cours d’une journée porte ouverte L’APROCM a décrit sa mission et promu l’entrepreneuriat féminin

« Promouvoir l’entrepreneuriat féminin pour l’émergence des classes moyennes », c’est le thème de la journée porte ouverte organisée par l’Agence pour la Promotion des Classes Moyennes (APROCM) en collaboration avec l’Agence Nationale pour le Développement de l’Entrepreneuriat au Congo (ANADEC). Cette journée porte ouverte a eu lieu mercredi 20 mars 2024 à la maison de l’entrepreneuriat à Kinshasa avec la participation de nombreuses femmes entrepreneures. Tout en permettant à l’APROCM de se faire connaître auprès des entrepreneuses congolaises, cette activité a constitué un moment de partage de connaissances et d’expériences.

A côté du directeur général de l’ANADEC, le directeur général de l’APROCM, Pascal Tchelo, a eu des mots justes pour décrire clairement sa strucrure dont l’objet social est l’identification de la constitution des Classes Moyennes et la promotion de celles-ci. Il a par ailleurs demandé à ces femmes à ne pas hésiter à se rapprocher de l’APROCM qui a aussi la charge d’encadrer et de promouvoir les activités des entrepreneurs congolais. Pour lui, il était à la fois une obligation et plus que nécessaire pour l’APROCM d’organiser cette activité au cours de ce mois consacré à la défense des droits de la femme.

Au moment des échanges d’expériences, l’APROCM a recueilli les problèmes qui ne favorisent pas le développement des activités entrepreneuriales de ces femmes. « Certaines femmes nous ont présentées ce qu’elles ont déjà eu à accomplir grâce à l’accompagnement de l’APROCM. Par contre, d’autres nous ont parlées des problèmes auxquels elles font face dans leur quotidien », a souligné le directeur général adjoint Samuel Matemane avant d’ajouter qu’à partir de ce qui a été discuté aujourd’hui, des decisions seront prises en vue de permettre à l’APROCM d’atteindre ses objectifs.

Au cours de ce moment de partage, les dames ont manifesté la volonté de comprendre exactement le fonctionnement de l’écosystème entrepreneurial congolais. Elles ont voulu également prendre connaissance des structures qui œuvrent dans ce secteur.
« Personnellement, je suis très heureuse pour avoir participé à cette activité, car elle m’a permis de connaître APROCM. Je pensais qu’il n’y avait seulement qu’ANADEC », déclare une particpante. D’autres femmes se sont dit aussi satisfaites de cette initiative et promettent de se rapprocher de l’APROCM pour une bonne collaboration.

Dans les tous prochains jours, une equipe de l’APROCM descendra sur le terrain pour tâter la réalité des activités entrepreneuriales réalisées par les femmes, car promouvoir l’entrepreneuriat féminin pour l’émergence des classes moyennes reste le leitmotiv de l’APROCM. Comment se fait le travail sur le terrain ? D’après Barthes Masamba, sous-directeur en charge du personnel à l’APROCM, il faut avant tout collecter sur le terrain des données sur le chiffre d’affaires d’une entrepreneuse. Des données qui seront évaluer pour savoir si l’entrepreneuse évolue ou non. Et puis il faudra établir un rapport qui sera transmis à qui de droit et des mesures seront prises sur base de ce rapport via le ministère de tutelle qu’est le ministère des PMEs et de l’entrepreneuriat.

Djodjo Mulamba

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top