ACTUALITE

Force régionale en RDC : Le Congo veut rester maître du jeu

La Communauté de l’Afrique de l’Est, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, la SADC et la CEEAC se sont retrouvés à Luanda en Angola mardi pour organiser une réflexion sur la question sécuritaire en République Démocratique du Congo et la possibilité de coordonner les forces en présence en vue de la recherche d’une paix durable. La réunion quadripartite organisée sous l’égide de l’Union Africaine avait été décidée, début juin, par les présidents de la région des Grands Lacs lors du 10 ème sommet de la CIRGL à Luanda.

Mardi à Luanda, devant ses pairs de la SADC, la Communauté d’Afrique de l’est, la CIRGL et la Communauté économique des États d’Afrique centrale, le président Félix Tshisekedi a exprimé la volonté de la RDC de conserver la coordination des opérations des forces régionales sur son sol. La RDC veut donc rester maître de jeu sur son sol, dans un contexte où les agendas peuvent s’entrechoquer. Le président de la République a précisé que pour la RDC, il convient de rappeler à toutes les parties prenantes au conflit Congolais que le chemin de la paix a déjà été balisé par les leaders de la région et que « la question majeure à résoudre aujourd’hui n’est pas celle de l’inexistence d’un plan de paix mais plutôt de l’exécution de la feuille de route conjointe des processus de Nairobi et de Luanda », a souligné le chef de l’État.

Les différentes organisations ont poussé les parties prenantes à la guerre de l’Est à s’engager dans le processus de Luanda et de Nairobi. Pour l’instant, plus d’une année après la résurgence du M 23, Kinshasa reste catégorique sur son refus à dialoguer avec le M 23 qui reçoit encore le soutien en armes et hommes, du Rwanda.

Ce sommet sous l’égide de l’union Africaine avec l’accompagnement des Nations unies avait pour but de coordonner et harmoniser toutes les réponses régionales pour des résultats concrets sur le terrain. Au moment où le terrain à l’Est du Congo observe encore un cessez-le-feu, bien que fragile depuis mars entre le M 23 et l’armée Congolaise, les autorités de la RDC alertent le monde sur le fait que le M 23 se repositionne pour d’éventuels combats.

Mais à Luanda, le chef de l’État a pris le soin de rappeler à ses homologues que « la RDC respectera toujours ses engagements et espère rencontrer les mêmes dispositions dans le chef de toutes les autres parties prenantes », afin de trouver le chemin d’une paix durable.

La réunion quadripartite est intervenue quelques jours seulement après la publication du rapport final des experts de l’ONU qui a attesté une fois de plus le soutien de l’armée rwandaise aux rebelles du M 23, avec la participation intellectuelle des généraux Rwandais nommément cités. Malgré cette réalité qui a exacerbé les tensions entre les deux pays, le sommet de Luanda a félicité Félix Tshisekedi et Paul Kagame « pour leurs engagements en faveur d’une résolution pacifique de conflits par le dialogue et la médiation » sous la facilitation João Lourenço. La quadripartite s’est également félicité de la signature de l’accord de don de 2 millions de dollars entre l’Union Africaine et la communauté d’Afrique de l’est pour faciliter le fonctionnement de la force régionale d’Afrique de l’est et félicite les Républiques d’Angola et du Sénégal pour leur soutien financier de 1 million d’euros chacun au processus de Nairobi dirigé par la communauté d’Afrique de l’est.

A noter qu’au sommet de Luanda, la RDC a été représentée par le président Félix Tshisekedi, le Rwanda a été représenté par le ministre des affaires étrangères Vincent Biruta, le président Evariste Ndayishimiye, président en exercice de la communauté d’Afrique de l’est, a également représenté le Burundi, le Gabon a été représenté par le président Ali Bongo, la CIRGL et l’Angola obt été représenté entre autres par le président Joao Lourenço. Le Kenya et l’Ouganda n’ont pas été représentés. Pour ce qui est des pays de la SADC, le président Zimbabwéen Emmerson Mnangagwa a été de la partie et la Namibie a été représentée par son vice-président, Dr Nangolo Mbumba.

Patrick Ilunga

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top