ACTUALITE

Pour avoir financé plus de 80 projets à 115, 61 millions USD en 2023 : Le FPI raffle le maillot jaune de la vision de l’industrialisation de la RDC prônée par Fatshi

Dans le combat que livre la République démocratique du Congo pour son développement économique, qui passe par son industrialisation, il y a plusieurs élèves qui s’illustrent positivement. Pour ce faire, sous la houlette du président Félix Tshisekedi, le pays s’est doté d’un plan directeur d’industrialisation en 2021 avec un coût de 58 milliards USD. Parmi les meilleurs disciples dans cette vision d’industrialisation, il y a le Fond de promotion de l’industrie (FPI), l’un des principaux bras séculiers du gouvernement dans ce domaine de l’industrie au niveau nationale. Actuellement avec le FPI, c’est plus de 80 projets pour un total d’USD 115.613.259 qui ont été financés en 2023 sur toute l’étendue du pays. Certains de ces projets ont connu un début de réalisation tandis que d’autres ont augmenté leurs capacités de production dans plusieurs secteurs d’activités notamment l’agro-industrie, la sous-traitance minière et la logistique. Comparée à 2022 dont l’enveloppe de financement était de 50.350.662 USD, l’année 2023 a connu une augmentation de 129,61%. Les interventions sont donc passées du simple au double. Cette prouesse porte la signature du directeur général Bertin Mudimu Tshisekedi.

En effet, l’année 2023 a été une année de grands défis et des enjeux au Fonds de Promotion de l’Industrie, nous rapportent les services de l’établissement public. Elle a marqué la gestion du binôme Bertin Mudimu Tshisekedi, Directeur Général et Martin Widjilowu, Directeur Général Adjoint, sous l’encadrement du Conseil d’Administration présidé par Madame Vicky Katumwa Mukalayi. Cette équipe a bénéficié de la confiance du président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qui l‘a nommée à la tête du FPI en août 2022. Des missions précises avaient été assignées aux nouveaux mandataires pour accompagner le gouvernement dans sa politique d’industrialisation du pays.

Le FPI plus que résilient en 2023

Le fonds de promotion de l’industrie c’est montré plus que résilient dans un contexte international et national trouble. Cependant il faut souligner que 2023 a connu bien des turbulences sur le plan international avec des effets pervers sur l’économie mondiale malgré la résilience de l’économie congolaise. La poursuite de la guerre russo-ukrainienne et le conflit israélo-palestinien sont des illustrations parfaites des incertitudes et des tensions géopolitiques qui ont impacté négativement les perspectives économiques.
Sur le plan national, le cadre macroéconomique est resté relativement stable avec un taux de croissance de 4,2% en dépit de la énième guerre d’agression rwandaise via le M23, de l’inflation, de la dépréciation du franc congolais et des chocs exogènes. Le taux de change s’est stabilisé à la fin de l’année grâce aux efforts du gouvernement.
Nonobstant des faits énumérés ci-haut, le FPI a réussi la mise en œuvre de son plan d’actions en finançant l’industrie locale afin de concrétiser la vision du président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. En 2023, le FPI a poursuivi sa mission de promouvoir le développement et l’intégration de l’industrie à travers le financement de plusieurs projets. Cette institution a aussi contribué à la viabilisation des sites et des espaces économiques, à l’identification des opportunités d’investissement dans les 26 provinces et le développement de l’agro-industrie avec la création des chaînes de valeurs.
Au cours de l’année qui vient de s’achever, le Conseil d’Administration du Fonds de Promotion de l’Industrie a entamé une série de visites d’inspection et d’évaluation des projets approuvés et financés par la Direction Générale. Cette initiative d’évaluation des projets a été recommandée par ministre de l’Industrie. C’est ainsi que des missions ont été effectuées à Kinshasa, dans le Grand Kivu et le Grand Katanga. Le Conseil d’Administration et la Direction Générale ont évalué l’état d’avancement de chaque projet et identifié les difficultés rencontrées par les promoteurs tout en invitant ces derniers au respect des échéances de remboursement des crédits. Cette série de visites devra se poursuivre en 2024.
En 2023, le document de la politique de financement du FPI a été adopté par la Direction Générale. Il présente les grands principes autour desquels s’articulent les activités de financement des projets par voie des crédits, des subventions et de prise des participations. Il détermine les mécanismes d’appui que le FPI mettra en faveur de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Sa mise en application interviendra après son examen et adoption par le Conseil d’Administration.

Des chiffres clés

Concernant le financement des projets, 80 projets pour un total de USD 115.613.259 ont été financés en 2023 sur toute l’étendue du pays. Plusieurs d’entre eux ont connu un début de réalisation tandis que d’autres ont augmenté leurs capacités de production dans plusieurs secteurs d’activités dont l’agro-industrie, la sous-traitance minière et à l’appui logistique.
Parmi les financements, il y a lieu de citer entre autres : L’implantation d’une unité de production des sacs en polypropylène à Lubumbashi dans le Haut-Katanga destinés au conditionnement du ciment et des produits alimentaires et miniers ; la relance d’une importante sucrerie (SUKI) au Sud-Kivu; le financement d’une entreprise de recyclage des huiles usées, des batteries, des barres de fer et d’une unité de production des câbles électriques en cuivre à Lubumbashi dans le Haut-Katanga ; le renforcement des capacités de production des fermes avicoles au Kasaï-Oriental ; l’implantation d’une huilerie et d’une unité de production de biocarburant dans la province du Kwilu à Bulungu à Vanga ; le financement de la campagne agricole 2023-2024 dans le Haut-Katanga et dans le Lualaba et l’implantation d’un port sec à Likasi. Comparée à 2022 qui disposait d’une enveloppe de financement de USD 50.350.662, l’année 2023 a connu une augmentation de 129,61%. Les interventions du FPI sont ainsi doublées.
Des efforts considérables ont été déployés pour redynamiser certains projets ayant rencontré des difficultés d’exécution. C’est particulièrement le cas des infrastructures financées au Kasaï-Oriental dans le cadre du Programme Présidentiel Accéléré de Lutte contre la Pauvreté et la Réduction des Inégalités. Le FPI s’y est beaucoup investi malgré des pesanteurs. Il poursuivra les travaux jusqu’à l’achèvement de ces infrastructures en 2024. Le FPI a également contribué en 2023 à la formation des jeunes entrepreneurs du Grand Kivu dans l’agro-transformation avec le concours des partenaires italiens.
En outre, l’accompagnement des projets des jeunes entrepreneurs a fait l’objet d’une attention particulière du FPI qui a entamé des discussions avec le FOGEC (Fonds de Garantie de l’Entrepreneuriat au Congo) en vue de la mise en place d’un produit commun pour le financement de ces projets. Les garanties seront données par le FOGEC. Une innovation.
Concernant la mobilisation de la Taxe de Promotion de l’Industrie (TPI), principale ressource du FPI, un total de FC 512.084.002.940 a été recouvré sur des prévisions de FC 471.376.571.124, soit un taux de réalisation de 108,64%, dépassant ainsi les assignations. Une performance à saluer. Comparée à l’année 2022 au cours de laquelle un total de la TPI de FC 378.192.412.821 a été recouvré, on note que l’année 2023 a connu une augmentation de 35,40%.
S’agissant du recouvrement des créances, FC 37.060.991.504 ont été recouvrés auprès des promoteurs contre FC 33.743.314.006 en 2022. Cet argent a été recyclé dans le financement des projets. Quatre-vingt-quatre projets ont été financés pour un montant global de 115 millions de dollars américains.
Un autre fait majeur à l’actif de la Direction Générale en 2023, est la Loi sur le Privilège du Trésor votée au Parlement. Promulguée le 28 juin 2023, cette loi a modifié et complété l’Ordonnance-Loi 031-89 du 07 août 1989 portant création de la Taxe de Promotion de l’Industrie. Elle dote ainsi le FPI des moyens de contrainte à l’instar de la DGDA, de la DGI et de la DGRAD vis-à-vis des assujettis de la TPI récalcitrants, des opérateurs économiques redevables de la TPI à l’importation, des clients-promoteurs insolvables et des bénéficiaires des subventions non affectées.
Sur le plan de la gouvernance, 2023 a été marqué par la finalisation des travaux d’élaboration et de mise à jour des manuels de procédures des directions, des services autonomes et des entités provinciales du FPI. Ces manuels seront examinés par le Conseil d’Administration en vue d’un fonctionnement optimal des activités et procédures.
En 2023, la Direction Générale a lancé le Schéma Directeur des Systèmes d’Information (SDSI). Ce plan permettra au FPI d’aligner son système d’information sur les standards des institutions financières tout en garantissant la sécurité, la disponibilité, la fiabilité et l’intégrité des données.
Le renforcement des capacités du personnel a connu un pic en 2023. Un accent particulier a été mis sur les ressources humaines sans lesquelles les performances du Fonds n’auraient pu être réalisées. Plusieurs agents et cadres ont bénéficié des formations de haute facture au pays comme à l’étranger.
Sur le social, on note entre autres, la répartition équitable de la prime, la suppression des intérêts de 2% sur les prêts sociaux, l’allocation, pour la première fois, des frais scolaires et l’engagement de la Direction Générale pour la viabilisation des sites destinés aux agents à Kinshasa et en provinces en vue de la construction des logements.

La diplomatie avait également toute sa place en 2023

Dans ses relations avec les partenaires, la Direction Générale a participé activement aux activités de l’Association des Institutions Financières de Développement (AIAFD), représentées par les Directeurs Généraux et les Conseils d’Administration. Le Directeur Général Bertin Mudimu Tshisekedi a participé aux réunions de cette organisation dont le FPI est membre.
Le Directeur Général a aussi pris part à plusieurs forums économiques et effectué des visites de travail dans bien des pays africains, européens et asiatiques afin d’explorer les opportunités d’investissement et nouer des partenariats avec les milieux d’affaires. Toutes ces démarches ont eu pour but de présenter des potentialités d’investissement dans le secteur industriel en RDC. L’année 2023 aura été riche. Le FPI a réalisé des avancées significatives tant sur le plan de sa mission que de son développement. Mais comme toute entreprise vise des performances pour sa rentabilité, le chemin à parcourir est encore long. C’est pourquoi, les efforts seront poursuivis en 2024. Les défis à relever par le FPI devront nécessairement produire de meilleurs résultats.
Cependant, cette ambition ne peut se réaliser que par une forte mobilisation des recettes et leur affectation judicieuse. Une telle perspective impose à tout le personnel du FPI un état d’esprit tourné vers les valeurs, la qualité et le bon rendement.

Au delà de tout, plusieurs observateurs avertis estiment que le gouvernement de la RDC peut compter sur l’actual leadership du FPI dans son ensemble, pour maintenir le rythme déjà déclenché afin que la question de l’industrialisation trouve un contenu concret au Congo-Kinshasa.

Fiston Oleko / Geopolis Hebdo

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top