ACTUALITE

Tensions à Mitendi : Pourquoi Moïse Katumbi s’est vu refuser l’entrée au Kongo Central

Annoncé pour Mbanza-Ngungu dans la province du Kongo-central mardi 23 mai 2023, l’opposant Moïse Katumbi s’est vu empêcher d’y entrer. L’ancien gouverneur et sa suite se sont retrouvés face à un dispositif important des policiers et leurs fourgons faisant figure de barricades, à l’entrée de la province. Le leader de Ensemble pour la République est frappé par la décision du gouverneur de province lui demandant de décaler de 48 heures sa tournée dans cette province.

Dans sa correspondance, Guy Bandu, évoque des impératifs sécuritaires ces dernières semaines et l’insuffisance des effectifs policiers pour justifier sa décision.

La situation sécuritaire très volatile dans la province ces dernières semaines est la raison évoquée par le gouverneur, notamment « des cas d’infiltration dans le territoire de Madimba des éléments de la milice Mobondo, situation autour de laquelle tous les services de sécurité provinciaux sont mobilisés ».

Insurgés contre cette décision du gouvernement provincial qu’ils qualifient d’obstruction à la liberté du citoyen, les caciques de « Pour le Congo « , la nouvelle coalition de l’opposition, ont condamné ce comportement à l’endroit d’un Congolais qui jouit de ses droits constitutionnels.
Se mettant à la lumière de l’article 30 de la Constitution congolaise, le Président de l’ECIDé dénonce une énième dérive dictatoriale inacceptable après la répression dont ils ont été victimes samedi passé lors de la marche contre la vie chère qu’ils ont organisée.

 » M. F. Tshisekedi et ses affidés viennent de dépasser les bornes. Comment refuser à Moïse Katumbi, de se rendre au Kongo Central, dès lors que la Constitution dispose, en son article 30 : « Toute personne qui se trouve sur le territoire national a le droit d’y circuler, d’y fixer sa résidence, de le quitter et d’y revenir, dans les conditions fixées par la loi. Cette énième dérive dictatoriale est inacceptable », lit-on sur le compte tweeter de Martin Fayulu.

Au cours d’une conférence de presse tenue après le refus à l’autorité morale de son parti d’accéder au Kongo Central, Olivier Kamitatu a dénoncé une « dérive dictatoriale ». « La République démocratique du Congo n’est pas une propriété privée, elle n’appartient pas à un individu ou un groupe d’individus qui aurait le droit de dire qui peut aller dans tel endroit ou qui ne peut pas y aller… », a regretté Olivier Kamitatu lors d’un point de presse.

Réaction du gouvernement

Quelques heures après le refoulement du président de l’ensemble pour la République à la frontière de deux provinces située à Mitendi une localité de Kinshasa, une lettre du Vice-premier ministre en charge de l’intérieur et sécurité invitant, en urgence, le gouverneur de la province du Kongo Central, Guy Bandu, à Kinshasa.
Bien que les raisons de cette invitation ne soient pas reprises dans cette lettre, on peut deviner que le VPM Peter Kazadi veut bien remettre les choses sur les bons rails après un acte très décrié.

Edouard Funda

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top